Elle chantait peut-être On ne change pas en 1999, mais certains pensent très fort l’inverse. Alors que Céline Dion profite d’une cinquantaine dynamique et qu’elle fait déferler les foules dans les stades du monde entier, les mauvaises langues se concentrent sur son apparence physique. Pire, jugée “trop mince” ou “squelettique”, la diva canadienne est à l’origine de très vives inquiétudes, d’autant qu’elle est devenue coutumière des annulations de dernières minutes. “Quand vous regardez, à 12 ans, mon visage était plus rond parce que vous avez plus de graisse quand vous êtes plus jeune… Mais j’ai toujours été très maigre” affirme-t-elle dans une interview accordée à People Magazine.

Click Here: ireland rugby jerseys

Il faut dire que Céline Dion sait se donner sur scène. Véritable boule d’énergie, la chanteuse a précisé que son corps évoluait selon la logique du temps… et qu’elle pratiquait intensivement le sport, à raison de quatre leçons de danse classique par semaine. “Les gens disent ‘Elle est trop maigre’, mais je travaille dur, détaille-t-elle. J’adore bouger, c’est pourquoi je perds du poids“. Si elle avait dû annuler ses spectacles prévus du 18 au 22 novembre dans la ville de Montréal, ce n’était d’ailleurs en aucun cas lié à sa condition physique : elle souffrait simplement d’un virus à la gorge.

Vous ne pouvez pas faire plaisir à tout le monde

Si vous ne voulez pas être critiqué, vous êtes au mauvais endroit, racontait-elle déjà plus tôt dans Harper’s Bazaar. Je ne retiens que ce qui est bon pour moi. Je dois me concentrer sur ce qui me convient, ce que je ressens et enfin : vous ne pouvez pas faire plaisir à tout le monde.” Véritable pied de nez à ses détracteurs, Céline Dion a choisi de mettre en avant sa beauté naturelle dans son tout récent clip, tourné pour accompagner le titre Imperfections. En attendant, loin des critiques, la chanteuse qui cartonne à travers le globe, a prévu un petit crochet par la France et sera même le “plus gros cachet de l’histoire des Vieilles Charrues” le 16 juillet 2020. Ha, les jaloux…