Pour vous aider à faire vos choix, voici les 3 films de la semaine les mieux notés par la presse sur Allociné !

1er : Je suis mort mais j’ai des amis
Note moyenne presse* : 3.3 / 5
 

Je suis mort mais j'ai des amis
De Guillaume Malandrin,Stéphane Malandrin

Note moyenne de la presse :

3,3

Critiques Presse

Critiques spectateurs

“Le grand atout du film, c’est le pittoresque des leaders du groupe, deux quinquagénaires à l’hygiène douteuse qui se comportent comme de grands enfants capricieux, toujours accrochés aux idéaux de leur jeunesse. (…) Dommage que, durant la première partie, ils rament un peu dans une succession de sketchs laborieux.” par Bernard Génin (Positif) 

“Cette comédie belge rock’n clownesque parfumée à la bière et à l’accent flamand a beau perdre quelques personnages en cours de voyage comme des boulons, elle parvient à tenir la route grâce à ses héros dignes d’une BD de Margerin et à sa B.O qui déchire.” par Alain Spira (Paris Match)

2ème : While We’re Young
Note moyenne presse* : 3.2 / 5 

While We're Young
De Noah Baumbach

Note moyenne de la presse :

3,2

Critiques Presse

Critiques spectateurs

“Vieux à 40 ans ? “While We’re Young” raconte avec humour et tendresse les caractères d’imprimerie qui rapetissent ou la souplesse envolée, mais il décrypte aussi avec une impressionnante acuité et une délicieuse acidité une époque qui inverse tranquillement les valeurs.” par Corinne Renou-Nativel (La Croix)

“Cet humour très woody-allenien, ce comique de caractère affûté et acide, voilà ce que le film offre de mieux. (…) Concentré avant tout sur les deux personnages masculins, Noah Baumbach tient une paire d’acteurs idéale pour ce duel truqué.” par Louis Guichard (Télérama)

     

                                                                   
3ème : Des Apaches
Note moyenne presse* : 3.0 / 5

Des Apaches
De Nassim Amaouche

Note moyenne de la presse :

3,1

Critiques Presse

Critiques spectateurs

“À la mort de sa mère, Samir revoit son père, qui l’initie à la culture kabyle. Nassim Amaouche en décrit les us et coutumes avec une rigueur admirable. Quand les sentiments passent au premier plan, le récit, toujours délicat et maîtrisé, gagne en liberté.” par Hendy Bicaise (Première)

“On est constamment dans l’inquiétude, à la lisière du rêve éveillé. Ces Kabyles, installés à Barbès, qui organisent des transactions immobilières selon leurs lois ancestrales semblent à la fois issus d’un documentaire et d’une fiction de Martin Scorsese.” par Pierre Murat (Télérama)

 * Selon les notes presse du baromètre AlloCiné, à la date du vendredi 24 juillet 2015, et pour des films sortis le 22 juillet (hors ressorties) ayant au moins 10 critiques.