À l’occasion de la diffusion de “The Full Monty” ce soir sur 6ter, voici 5 choses à savoir sur la comédie britannique culte emmenée par un Robert Carlyle touchant et une bande d’acteurs qui n’a pas froid aux yeux.

De quoi ça parle ?

Aujourd’hui, Sheffield, qui fut l’orgueil du Yorkshire et le joyau de l’Angleterre, est une ville sinistrée. Le chômage y règne en maître et les hommes désoeuvrés errent dans les rues en quête d’illusoires petits boulots. La venue de la troupe des Chippendales, qui, lors de leur spectacle, provoqua un véritable délire chez les spectatrices, va donner des idées a Gaz et ses copains. Si les femmes de Sheffield craquent pour des éphèbes anabolisés, que penseront-elles de vrais hommes, prêts à aller jusqu’au bout en s’exhibant entièrement nus ?

1. Danny Boyle, une occasion presque manquée

Le cinéaste Danny Boyle a été un temps pressenti pour mettre en scène The Full Monty. Peu emballé par l’histoire, il a décliné la proposition et manqué ainsi l’occasion de retrouver Robert Carlyle, un an seulement après Trainspotting. Qu’à cela ne tienne, les deux hommes collaboreront à nouveau sur La Plage et 28 semaines plus tard, produit par Boyle. Quant au scénariste Simon Beaufoy, il retrouvera le réalisateur bien plus tard, pour Slumdog Millionnaire et 127 heures.

2. Un argot anglais qui pose problème aux États-Unis

Les studios américains ont eu beaucoup de difficultés à appréhender l’anglais britannique de The Full Monty, dont l’action se déroule dans le milieu populaire de Sheffield, en raison de l’emploi de nombreuses expressions argotiques incompréhensibles outre-Atlantique. Certains cinémas aux États-Unis ont ainsi choisi d’imprimer des brochures contenant la traduction de certaines des expressions du film.

3. Une suite remisée au vestiaire

Compte tenu du succès du film, un projet de suite a rapidement été envisagé, toujours avec Peter Cattaneo à la réalisation, Simon Beaufoy au scénario et tous les acteurs du premier opus. Nos chômeurs strip-teaseurs se seraient alors décidés à se professionnaliser dans l’art de l’effeuillage… Malheureusement, Robert Carlyle, le leader de la troupe, a rapidement fait savoir qu’il ne participerait pas à cette nouvelle aventure, estimant qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que d’une affaire commerciale sans intérêt artistique. Même avec 1,7 million de dollars mis sur la table par la Fox, l’acteur britannique a su rester impassible. Après ça, The Full Monty 2 a été remisé au vestiaire.

4. Robert Carlyle, second choix de luxe

À l’origine, le rôle principal de The Full Monty devait être confié à Nicholas Lyndhurst, comédien pour la télévision peu connu hors des frontières britanniques. Celui-ci a toutefois décliné la proposition, confiant aux producteurs, non sans humour, “qu’il faisait trop froid à cette période de l’année pour se dévêtir”. C’est donc Robert Carlyle, l’acteur du moment révélé un an plus tôt par Trainspotting, qui a obtenu le rôle.

5. Le Prince Charles s’inspire de “The Full Monty” !

En novembre 1998, fort du succès du film dans le monde entier, le Prince Charles a rejoué la scène de l’agence pour l’emploi pour la télévision. Il a été accompagné pour l’occasion de jeunes membres de son organisation caritative, The Prince’s Trust. Voir tous les secrets de tournage de “The Full Monty” Les feel good movies Top 5 Emissions Bonus