Des chercheurs chinois et américains ont réussi à mettre au point PanSeer, un test qui a pu détecter, dans plus de 90% des cas, le cancer chez des personnes asymptomatiques quatre ans avant le diagnostic standard.

Sommaire

  1. Un diagnostic précis pour 5 types de cancer
  2. Détecter les patients asymptomatiques

Alors qu’on estime à plus de 380 000 le nombre de nouveaux cas de cancers en France en chaque année, le diagnostic précoce de ces maladies reste un enjeu primordial. Un cancer détecté tôt est en effet un cancer mieux traité, avec un taux de guérison plus important. Des chercheurs de l’université Fudan en Chine et de la start-up Singlera Genomics pourraient aider dans ce sens grâce à la création d’un test sanguin particulièrement performant, décrit dans une étude parue le 21 juillet 2020 dans la revue Nature Communications.

Un diagnostic précis pour 5 types de cancerBaptisé PanSeer, le test, consistant en une simple prise de sang régulière, a été mené sur plusieurs centaines de personnes. L’objectif était de surveiller sur plusieurs années l’apparition d’un cancer grâce à un processus biologique appelé analyse de la méthylation de l’ADN, qui permet d’identifier d’éventuelles signatures ADN propres à chaque cancer. Selon un communiqué de l’université de Californie à San Diego, “le test a détecté un cancer chez 91% des individus qui étaient asymptomatiques au moment des prélèvements et qui n’ont été diagnostiqués que quatre ans plus tard”.De plus, PanSeer a pu détecter un cancer dans 88% des échantillons de 113 patients qui avaient déjà reçu un diagnostic de cancer au moment des prélèvements. Il a ainsi pu confirmer avec précision ce diagnostic pour cinq types de cancer : le

cancer de l’estomac, le

cancer de l’œsophage, le

cancer colorectal, le

cancer du poumon et le

cancer du foie. “Le test a également reconnu les échantillons sans cancer 95% du temps”, précise le communiqué.Détecter les patients asymptomatiquesLes chercheurs se félicitent d’avoir développé un test “permettant de trouver des marqueurs tumoraux beaucoup plus tôt que les méthodes diagnostiques conventionnelles”. “L’objectif final serait de réaliser des tests sanguins comme celui-ci de manière régulière durant des bilans de santé annuels, explique Kun Zhang, l’un des auteurs correspondants de l’étude. Mais la priorité actuelle est de tester les personnes les plus à risque, en fonction de leurs antécédents familiaux, de leur âge et d’autres facteurs de risque connus.”Les chercheurs insistent sur le fait qu’il est “peu probable” que PanSeer “prédise quels patients développeront un cancer”. Plutôt, il pourra “identifier les patients qui ont déjà une croissance tumorale mais qui restent asymptomatiques pour les méthodes de détection actuelles”. De plus amples recherches vont être nécessaires pour confirmer le potentiel de cette découverte.Click Here: Golf special