Des "traces infimes" de SRAS-CoV-2 ont été retrouvées dans l’eau non potable de la Ville de Paris. Le réseau utilisé pour l’eau potable est en revanche distinct et il n’y a aucun risque à la consommer. La Ville a néanmoins renforcé la surveillance de la qualité de ses eaux.

Des “traces infimes” de virus dans l’eau non potable de Paris

Sommaire

  1. Pas de risque pour l’eau potable selon la Marie de Paris
  2. Les rues nettoyées à l’eau potable dans l’attente des résultats 

Des traces de virus ont été découvertes dans le réseau d’eau non potable de la ville de Paris qui a suspendu l’usage de son réseau, appliquant le principe de précautions. La mairie a tenu à rassurer la population dans un communiqué sur le fait que “l’eau potable de Paris ne présente aucune trace de

virus Covid. Elle peut être consommée sans aucun risque”. Pas de risque pour l’eau potable selon la Marie de ParisEn effet, l’eau potable et non potable sont traitées dans deux réseaux bien distincts. L’eau non potable constitue “un réseau spécifique de la Capitale, qui fournit l’eau pour l’arrosage de certains parcs et jardins, le nettoiement des rues et le fonctionnement des lacs et cascades des parcs et bois ainsi que de certaines fontaines ornementales dans des parcs ou jardins actuellement fermés au public. Ce réseau est alimenté par une eau dite « brute », prélevée dans la Seine et le canal de l’Ourcq, et acheminée sans traitement lourd via un réseau secondaire, indépendant du réseau d’eau potable”, explique la mairie de Paris dans un communiqué.

Les rues nettoyées à l’eau potable dans l’attente des résultats Le programme renforcé de surveillance de la qualité des eaux a été réalisé par le laboratoire d’Eau de Paris. Une campagne de tests spécifique sur le réseau d’eau non potable “a révélé la présence en quantité infime de traces du virus sur 4 des 27 points de prélèvements testés. Sans attendre, et en stricte application du principe de précaution, la Ville de Paris a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre tous les usages de son réseau d’eau non potable sur l’espace public”.Concernant cette contamination, Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris et interrogée par TF1 s’est voulue rassurante : “on sait que le virus ne peut pas se multiplier dans l’environnement parce qu’il a besoin des cellules humaines et de s’approprier les enzymes des cellules humaines pour se multiplier“. L’Agence Régionale de Santé (ARS) a été chargée d’analyser les risques présentés par ces traces de virus. “Dans l’attente des résultats, le nettoiement des rues sera réalisé, dans la mesure du possible, en utilisant de l’eau prélevée sur le réseau d’eau potable“, conclut la Ville de Paris.

Coronavirus : 10 épiceries en ligne où faire ses courses

Click Here: State of Origin Jerseys